Historique de l’Équipe

L’USR 3278 a été créée en 2010, à partir de la fusion de l’équipe « Récifs Coralliens » de l’UMR 5244 « Biologie et Écologie Tropicale et Méditerranéenne » et de l’UMS 2978 « Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement ». Elle est le fruit de 40 ans de recherches, d’enseignement et de formation de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) sur cet écosystème littoral présent sur plus de 110 pays tropicaux dans les 3 océans du monde.
Basée à Moorea (Polynésie française) et à Perpignan, elle travaille en étroite collaboration avec l’Institut des Récifs Coralliens du Pacifique (IRCP) créé à l'ÉPHE par arrêté ministériel en date du 21 janvier 2009.

Les missions du CRIOBE se déclinent en trois axes :

  • Un service d’observation de l’environnement qui est labellisé sous la forme d’un service d’observation de l’INSU et du Grand Observatoire du Pacifique Sud (GOPS).
    Une fonction de station marine avec notamment l’accueil de programmes de recherche français ou étrangers. La thématique de recherche principale de l’équipe est l’étude de la structure et du fonctionnement des écosystèmes récifaux coralliens. Après une phase descriptive (systématique des principaux phylums, schémas bionomiques de répartition), puis explicative (dynamique des populations des principales espèces, variations spatiale et temporelle des peuplements, étude des flux de matières et d’énergie, biologie intégrative, biologie évolutive), nous intervenons maintenant dans les processus de gestion durable de cet écosystème (biologie de la conservation). Mieux connaître, mieux comprendre pour mieux gérer.
  • Un objectif de formation et de communication sur les récifs coralliens qui se traduit par l’accueil de classes au CRIOBE et par une convention de collaboration signée avec l’institut de la communication du CNRS.

L’unité comprend 28 personnes qui sont basées en Polynésie française ou à Perpignan, dont : 9 enseignants-chercheurs et 6 BIATTS de l’EPHE; 7 chercheurs et 4 Ita du CNRS ; et 3 chargés de conférences EPHE.