Nouvel Article: 24 Juin 2019 (Curnock et al)

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2019/06/Thiault_NatureCC_Juin2019-655x270.jpg

La peur pour la Grande Barrière de corail a changé l'attitude du public à l'égard du changement climatique
24 Juin 2019| Contact: LAURIC THIAULT | Nature Climate Change

Les évènements de blanchissement massifs de corail ayant affecté les deux tiers de la Grande Barrière de corail au cours des étés 2016 et 2017 ont été directement attribués au changement climatique, causé par l'homme. Bien que leurs effets physiques et écologiques aient été très documentés, on connaît peu leurs impacts sociaux et culturels.

Dans une étude publiée dans Nature Climate Change, le Dr. Matt Curnock du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) en Australie et ses collègues de James Cook University (JCU) et du CRIOBE ont montré que la crise de blanchissement corallien pourrait avoir fait basculer des préoccupations du public face au changement climatique.

Un « deuil écologique »

Leur étude a comparé les réponses de milliers d'Australiens et de visiteurs internationaux à une enquête menée avant et après les épisodes de blanchissement.

Cela a tout d’abord permit de mettre en évidence des signes de « deuil écologique » (reef grief en anglais) en réponse à la perte et aux dommages causés à cet écosystème iconique. Les émotions négatives associées aux mots exprimés dans de courtes déclarations sur «ce que la Grande Barrière représente pour vous», comme la tristesse, le dégoût, la colère ou encore la peur, on en effet augmenté suite aux épisodes de blanchissement.

Les appels émotionnels sont largement utilisés dans les reportages dans les médias et dans les campagnes sur les réseaux sociaux pour accroître l’impact d’un reportage et sa diffusion en ligne. En revanche, un des effets secondaires de ce type de communication a été le renfort d’un sentiment d’impuissance généralisé face à l’immensité de la menace.

En résumé, plus les gens craignent pour la Grande barrière de corail, moins ils ont le sentiment que leurs efforts individuels aideront à la protéger.

Malgré ces résultats assez négatifs, M. Curnock et ses collègues ont aussi détecté une augmentation de la valeur personnelle que les participants à cette enquête apportaient au Récif, notamment au travers de la biodiversité, de son patrimoine scientifique et de son statut d’icône internationale. Les participants étaient également plus disposés à soutenir les actions visant à protéger le récif. Cela traduit une empathie généralisée pour cet icône en péril et suggère un soutien accru du public aux actions collectives visant à atténuer les menaces qui pèsent sur le Récif.

Changer les attitudes

Les auteurs de cette étude ont observé une augmentation significative de la proportion de personnes pensant que le changement climatique constitue « une menace immédiate nécessitant des actions ». En 2013, environ 50% des visiteurs australiens reconnaissaient le changement climatique comme une menace immédiate. En 2017, ce chiffre a atteint 67%. Parmi les visiteurs internationaux, cette proportion était encore plus élevée (64% en 2013 et 78% en 2017). Cela représente un changement remarquable d'attitude du public à l'égard du changement climatique sur une période relativement courte.

Enfin, en comparant leurs résultats avec ceux d'autres études sur la couverture médiatique et le style de reportage associés aux blanchissements corallien de 2016-2017, les auteurs ont pu démontrer que ces événements, ainsi que les représentations médiatiques qui y ont été associées, ont considérablement contribué au changement d'attitude du public à l'égard du changement climatique »

« Une approche plus ciblée de la communication et de l'engagement du public est nécessaire afin d’encourager les actions collectives qui contribueront à atténuer les changements climatiques et à réduire les autres menaces qui pèsent sur le Récif » conclue le Dr. Curnock.

RÉFÉRENCE
Curnock MI, NA Marshall, L Thiault, SF Heron, J Hoey, G Williams, B Taylor, PL Pert, J Goldberg (2019). Shifts in tourists’ sentiments and climate risk perceptions following mass coral bleaching on the Great Barrier Reef. Nature Climate Change.



ENGLISH VERSION

‘Sadness, disgust, anger’: fear for the Great Barrier Reef made climate change feel urgent
24 June 2019| Contact: LAURIC THIAULT | The Conversation


Media coverage of mass coral bleaching on the Great Barrier Reef may have been a major tipping point for public concerns around climate change, according to research published today.

Severe and extensive bleaching during the summers of 2016 and 2017 has been directly attributed to human-caused climate change. Much of the ensuing media coverage used emotional language, with many reports of the Reef dying.

While the physical effects of the bleaching have been well documented, we wanted to understand the social and cultural impact.

Our research, including a study published today in Nature Climate Change, has compared survey responses from thousands of Australians and international visitors, before and after the bleaching event....read more


Original article in Nature Climate Change

ABSTRACT
Iconic places, including World Heritage areas, are symbolic and synonymous with national and cultural identities. Recognition of an existential threat to an icon may therefore arouse public concern and protective sentiment. Here we test this assumption by comparing sentiments, threat perceptions and values associated with the Great Barrier Reef and climate change attitudes among 4,681 Australian and international tourists visiting the Great Barrier Reef region before and after mass coral bleaching in 2016 and 2017. There was an increase in grief-related responses and decline in self-efficacy, which could inhibit individual action. However, there was also an increase in protective sentiments, ratings of place values and the proportion of respondents who viewed climate change as an immediate threat. These results suggest that imperilled icons have potential to mobilize public support around addressing the wider threat of climate change but that achieving and sustaining engagement will require a strategic approach to overcome self-efficacy barriers...read more

REFERENCE
Curnock MI, NA Marshall, L Thiault, SF Heron, J Hoey, G Williams, B Taylor, PL Pert, J Goldberg (2019). Shifts in tourists’ sentiments and climate risk perceptions following mass coral bleaching on the Great Barrier Reef. Nature Climate Change.