Tara Pacific Expédition

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/TARABANNER_AVR2017-655x215.jpg

CRIOBE dans TARA PACIFIC | L’expédition TARA PACIFIC est une mission scientifique ambitieuse et de grande ampleur qui va permettre d’explorer les récifs coralliens et leur capacité d’adaptation au changement climatique. Pendant les deux années de l’expédition, sous la direction scientifique de Serge Planes (directeur du CRIOBE), environ 70 scientifiques vont se relayer à bord pour collecter des échantillons de coraux, de poissons, de macrophytes, d’algues et d’eau ambiante dans plus d’une trentaine d’îles à travers le Pacifique. Le but principal de la mission est de mieux comprendre l’holobionte corail (le corail et son microbiome: les zooxanthelles, les bactéries, les virus, les champignons etc) et ses capacités d’adaptation au changement global. Le CRIOBE jouera donc un rôle important dans cette nouvelle expédition TARA en assurant la direction et la coordination scientifique pour cette aventure exceptionnelle.

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/9-Plongee_Maggy_Nugues_Iotorishima_credit_Noelie_Pansiot-2190310-315x236.jpg

Maggy Nugues, Ecologue au CRIOBE, sur le site de Iotorishima, Japon
Credit | © Noëlie Pansiot | Fondation Tara Expéditions

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/13-Nicolas_Floch_15A9761-315x236.jpg

Récif artificiel, amas chaotique, Kikaijima, Japon
Credit | © Nicolas Floc'h | Fondation Tara Expéditions

TARA PACIFIQUE-CARTE3Carte | Tara Pacific | 2016-2018 | Avril 2016




Chiffres Clés
  • 2 ans d’expédition de mai 2016 à septembre 2018
  • 30 pays visités
  • 70 escales
  • 100 000 km parcourus
  • 40 archipels seront analysés de façon identique et ensuite comparés
  • 10 sites feront l’objet d’études ciblées sur des problématiques contextuelles locales dont 5 en 2016-2017 (sites 2018 en cours de définition)
  • 40 000 échantillons en 2 ans
  • 70 scientifiques embarqués issus de 8 pays différents
  • 18 institutions et laboratoires de recherche
  • Les récifs coralliens abritent 30% de la biodiversité marine connue à ce jour
  • Ils couvrent moins de 0,2% de la superficie des océans
  • 57 557km2 de récifs français
  • 30 milliards de dollars de services rendus par les récifs par an
  • 46% des récifs sont en bonne santé
  • 20% des récifs sont aujourd’hui détruits
  • 15% sont sérieusement affectés risquent de disparaître d’ici 10 ans
  • 20% sont menacés de disparition dans moins de 40 ans
source : Tara Expeditions

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/07/Tara_Map_Live_V2-655x270.jpg

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Headings_Web_Actualitesv4-419x30.jpg


17 Avril 2017
Tara Pacific au Japon : Okinawa
Contact | Cécile Berthe

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Tara-Pacific-at-Okinawa-655x270.jpg

Une conférence internationale a eu lieu au 50’th Anniversary Memorial Hall, à l'University des Ryukyus, Japon le lundi 17 avril 2017 pour présenter la mission de Tara Pacific au Japon et ouvrir un workshop d'une semaine. Okinawa, une région japonaise riche en coraux, est le port final de la première année de Tara Pacific (2016-2017). Ce leg "Japon" était co-organisé par les professeurs David Lecchini (CRIOBE), Sylvain Agostini (Tsukuba Univ.) et Yohei Nakamura (Kochi Uni.). En fermeture de ce leg, le workshop se veut être une rencontre scientifique avec les chercheurs de Okinawa, où la recherche sur les récifs coralliens est très active. Plus de 70 personnes étaient présents à la conférence pendant laquelle Maggy Nugues et David Lecchini, tous deux chercheurs au CRIOBE, ont présenté leurs recherches. Ce workshop offre une opportunité unique de cultiver une amitié scientifique entre les chercheurs de Tara expeditions, de l'Université des Ryukyus et d'autres institutions d'Okinawa.


8 Avril 2017
A la tête de la mission "Tara pacific", un scientifique catalan au chevet des coraux

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2017/04/Tara-Soiree-Independant-655x270.jpg


30 Mars 2017
Soirée Spéciale : Expédition Tara Pacific

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2017/03/tara-soireeV4-655x270.jpg


Février 2017
Vidéo : Biologiste marin à bord de Tara
Fondation Tara Expéditions | credit : Sarah Fretwell

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Tara-Video_Feb2017_OSallesV2-655x270.jpg

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemble le travail d’un scientifique, loin de tout, conduisant des recherches fondamentales sur l’état de santé de l’océan ?
Rencontrez la biologiste marine Océane Salles (CRIOBE), âgé de 27 ans, qui travaille actuellement sur l’expédition Tara Pacific. Elle nous en dit plus sur sa relation avec l’océan, le travail qu’elle fait, et son expérience à bord de la goélette Tara. [Crédit: Tara Expeditions Foundation]


10 au 23 Décembre 2016
Futuna, inventaire de la biodiversité
Contact | Emilie Boissin

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/5-Credits_PdeParscau_Pointe-nord-de-Futuna_smV2-655x270.jpg

L’équipe scientifique en charge de l’inventaire de la biodiversité de Futuna est revenue fin Décembre. Elle a pu réaliser plus de 25 plongées tout autour de l’île pendant ces 13 jours de mission. Des spécialistes de plusieurs groupes taxonomiques étaient présents, les coraux et les poissons bien sûr mais aussi les éponges, les algues corallines, les ophiures ou encore les hydraires. La mission a été également l’occasion de tester une technologie récente, le MinION (Oxford Nanopore technology). Ce petit appareil est le seul séquenceur portable disponible sur le marché et il a permis aux chercheurs de faire des premiers essais de séquençage in situ à bord de TARA afin de pouvoir déterminer certaines espèces taxonomiquement problématiques. Cette dernière équipe scientifique de 2016, menée par Serge Planes, a eu le privilège de passer Noël sur le bateau. TARA a déjà repris la route en direction de Guam puis du Japon où elle terminera la course de sa première année.


Décembre 2016
Le corail à remonter le temps
Fondation Tara Expéditions | credit : Pierre de Parscau

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Tara_New-Video_Coral-CoresV2-655x270.jpg

Alors que TARA a récemment gagné les côtes des Samoa, le protocole d’échantillonnage se poursuit à bord de la goélette. Parmi les trois espèces de coraux ciblées par les scientifiques au cours de cette expédition, le Portites Lobata intéresse particulièrement Guillaume Iwankow du CRIOBE de Perpignan. Depuis l’arrivée de TARA dans le Pacifique, c’est lui qui est en charge des prélèvements de cette espèce via un protocole singulier.

Ce matin-là, nous embarquons avec lui à bord d’une annexe à moteur pour gagner l’extérieur de la barrière de corail. Après quelques repérages, Guillaume a identifié une colonie dont la taille pourrait correspondre aux critères de prélèvement. Il a emporté avec lui un imposant compresseur relié à une curieuse machine : une carotteuse. Grâce à un carottier de 45cm, il va pouvoir creuser au cœur du Porites pour en extraire de précieuses informations. L’opération est ainsi réalisée sur chaque site d’étude tout au long de l’expédition. [Crédit: Tara Expeditions Foundation]


Novembre 2016
L'état de santé des récifs polynésiens
Fondation Tara Expéditions | credit: Pierre de Parscau

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/State-of-Polynesian-Reefs_VIDEOV2-655x270.jpg

Trois mois et demi après son entrée dans les eaux du Pacifique, Tara vient d’achever une campagne inédite dans l’archipel des Tuamotu, à l’Est de Tahiti. Les équipes scientifiques poursuivent les prélèvements de coraux et de poissons de récifs. Opérations de comptage, transects et utilisation de l’HyperDiver, un prototype de scanner sous-marin, le navire a déployé de nombreux outils sous l’œil de Serge Planes, le directeur scientifique de l’expédition et chercheur au CNRS. Après ces nombreuses plongées le constat des scientifiques est sans appel : les récifs polynésiens que l’on pensait jusqu’ici épargnés par les effets du changement climatique ont en réalité subi de profonds bouleversements. [Crédit: Tara Expeditions Foundation]


Novembre 2016
Prendre le pouls des atolls, avec Valeriano Parravicini
Fondation Tara Expéditions | credit: Pierre de Parscau

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2015/06/Valeriano_Atolls_tara-655x270.jpg

Partie il y a dix jours de Papeete, l’équipe de la mission BioAtoll a embarqué à bord de la goélette pour compléter et diversifier les échantillons récoltés pendant l’expédition. Rencontre avec Valeriano Parravicini – CRIOBE / EPHE-CNRS-UPVD – qui va piloter cette aventure durant deux semaines d’exploration autour des îles des Tuamotu. [Crédit: Tara Expeditions Foundation]


26 Octobre 2016
Nouvelle Vidéo: Les bâtisseurs du récif
Fondation Tara Expéditions | credit : Yann Chavance

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/french-polynesia_reef-builders-video-655x270.jpg

Après avoir quitté Tahiti au début du mois d’octobre 2016, la goélette sillonne l’archipel des Tuamotu, en Polynésie Française. Lors de cette étape de l’expédition Tara Pacific, les scientifiques étudient un organisme essentiel à la vie du récif corallien : l’algue coralline. A bord de Tara, la biologiste Laetitia Hédouin (CRIOBE) détaille les liens étroits entre le corail et ces algues encroûtantes, aux allures de roches, qui jouent un rôle clé dans la formation des colonies et plus particulièrement pour la fixation les larves de coraux. [Crédit: Tara Expeditions Foundation]


Octobre 2016
Escale de TARA à Tahiti
Contact | Emilie Boissin

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Arrive-Moorea_Francois-Aurat-655x270.jpg

La goélette est arrivée à Tahiti accueillie par des chants et danses traditionnels. Les écoles, les officiels et les instituts de recherche ont pu venir visiter le bateau. Une exposition expliquant les menaces pesant sur le corail et les enjeux de l’expédition TARA Pacific était ouverte au public sur le quai. Tout le matériel scientifique qui va permettre de prélever les échantillons jusqu’à l’arrivée au Japon a été installé à bord et minutieusement rangé afin de permettre à toutes les équipes qui vont se succéder au cours des prochains mois de pouvoir travailler dans les meilleures conditions possibles. TARA a déjà repris sa route vers les Tuamotu où la première équipe scientifique (Laetitia Hédouin, Maggy Nugues et Héloise Rouzé du CRIOBE, accompagnées de Robert Steneck, Xavier Pochon et Pierre Galand) va s’intéresser aux interactions algues corallines et coraux.


2-3 Octobre 2016
Réunion préparatoire de l’année 2 de TARA Pacific
Contact | Emilie Boissin

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Yann-Chavance_Divers-655x270.jpg

Une réunion scientifique de TARA Pacific vient de se tenir les 2 et 3 octobre au CRIOBE à Moorea. En plus de faire le bilan des 4 premiers mois d’échantillonnage et des premiers résultats de séquençage, les différents partenaires scientifiques ont préparé la deuxième année de l’expédition, modifiants certains protocoles et discutant du tracé de l’année 2 qui va permettre d’échantillonner entre la Nouvelle Zélande et la mer de Chine en passant par des endroits comme la Papouasie Nouvelle Guinée ou les Philippines.


21-27 Septembre 2016
Les Gambier, l’arrivée en Polynésie Française
Contact | Emilie Boissin

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Credits-Francois-Aurat-equipe-plongee-corail-Gambier_CROP-655x270.jpg

La troisième étape de cette partie là du transect amène TARA dans les eaux de la Polynésie Française où il va rester pendant plus d’un mois et demi. Ici enfin les colonies des 3 espèces cibles de corail ont pu être prélevées car cette zone marque le début de l’aire de distribution des coraux de feu. Les poissons aussi étaient présents en abondance et tout le programme scientifique a ainsi pu être bouclé. Des prélèvements ont même pu être réalisé sur la pente externe du coté Nord Est qui a révélé un très beau récif que ce soit en terme de santé ou de diversité des espèces. Les quelques jours de prélèvements se sont terminés par des visites du bateau par les écoles et une conférence. Une partie de l’équipe scientifique a quitté le bateau afin de rejoindre Tahiti par avion pour participer aux 2 jours de réunion de TARA Pacific.

Points forts :

  • Visite d’une ferme perlière pour comprendre tous les secrets « de fabrication »
  • Plonger dans les eaux bleu turquoise de la pente externe


12-16 Septembre 2016
Dulcie Island, l’atoll corallien le plus au sud
Contact | Emilie Boissin

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Yann-Chavance_Gambier_2-655x270.jpg

Au petit matin avant d’arriver à Ducie après 5 jours de navigation assez rude tout le monde se demande si les coraux vont etre aussi beau que décrits et si les requins vont etre aussi nombreux que prévu. Malheureusement le nombre total de requin vu lors de la semaine d’échantillonnage était bien inquiétant, seulement une petite dizaine, et certains sites montraient des coraux blanchis. En plus des prélèvements répétés tous le long de la traversée du Pacifique, l’équipe scientifique (Pascal Conan, Chris Voolstra, Becky Vega-Thurber et Emilie Boissin) a donc décidé de réaliser des transects et des photoquadrats afin de reporter l’ampleur du blanchissement dans cette ile isolée. Les récifs d’autres parties de l’ile étaient bien sur beaucoup plus sains et les prélèvements ont été effectués, avec une couverture corallienne impressionnante qui approchait des 100 % à certains endroits. Les coraux de feu et les poissons n’étaient cependant pas présents et n’ont donc pas pu etre échantillonnés. Le carottage n’a pas pu etre réalisé non plus faute de colonie de Porites lobata assez grosse.

Points forts :

  • Le tombant assez abrupt qui entoure l’ile
  • Rejoindre la terre à la nage afin d’aller explorer le lagon difficile d’accès en bateau


5 Octobre 2016
Nouvelle Vidéo: Sous la Surface
Fondation Tara Expéditions | credit : Yann Chavance

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2015/06/french-polynesia_NEW-VIDEO2-655x270.jpg

A chaque étape de ce parcours de plus de deux ans dans le Pacifique, les équipes scientifiques répètent les mêmes protocoles pour étudier les récifs coralliens et pour pouvoir à terme les comparer. Depuis l’archipel des Gambier, en Polynésie française, le correspondant de bord Yann Chavance vous emmène découvrir ces protocoles sur le pont, mais également, grâce à des masques permettant de communiquer sous l’eau, sous la surface. [Crédit: Tara Expeditions Foundation]


21 Septembre 2016 | Communiqué de presse
Tara au cœur des atolls de la Polynésie française
Fondation Tara Expéditions

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/french-polynesia_PressReleaseV3-655x270.jpg

La goélette scientifique Tara partie le 28 mai dernier de Lorient - France - a déjà parcouru plus de 22 000 km sur les 100 000 km prévus dans le cadre de l’expédition Tara Pacific. Elle entrera dans les eaux de la Polynésie française fin septembre pour une durée d’un mois et demi et réalisera, au coeur des atolls des Tuamotu et aux îles Gambier, une étape majeure pour explorer la biodiversité des récifs coralliens.

Après le canal de Panama, la Colombie et l’île de Pâques, la goélette Tara atteindra les premières îles de Polynésie française à Mangareva. A son bord, les équipes internationales de biologistes coralliens, océanographes et spécialistes du plancton récoltent de nombreux échantillons de coraux, de poissons de récifs, d’eau et d’algues. L’un des principaux objectifs: tenter d’établir le premier état des lieux global des récifs de corail et en dévoiler la biodiversité encore méconnue.

La biodiversité des récifs coralliens face aux perturbations climatiques

La Polynésie française comprend à elle seule 118 îles sur près de 5,5 millions de km2. Mais c’est bien la biodiversité corallienne exceptionnelle de cette région du Pacifique qui a déterminé la route de la goélette. L’attention des équipes scientifiques du CNRS - en particulier celles travaillant au CRIOBE - du Génoscope, du Centre scientifique de Monaco et d’autres laboratoires se concentrera essentiellement sur les atolls des Tuamotu et des îles Gambier. Leur objectif: comparer la biodiversité des récifs des atolls, selon qu’ils sont ouverts ou fermés et mieux comprendre la biologie du corail.

Cette étape majeure dans l’étude du corail permettra d’ausculter la santé des récifs et de comparer leur biodiversité selon leur exposition - ou non - aux activités humaines locales. Si certaines de ces îles sont soumises à des perturbations directes, la majorité est éloignée de toute source de pollution anthropique (pollutions, urbanisation, sédimentation due à l’érosion). Les chercheurs espèrent donc recueillir les données nécessaires pour comparer les effets des perturbations locales (pollution, sédimentation…), à ceux liés aux changements globaux (réchauffement climatique, acidification de l’océan).

El Niño 2015, un impact marginal en Polynésie

Dans le contexte du changement climatique et du réchauffement de l’océan, les oscillations de températures liées à El Niño sont d’autant plus traumatiques pour les récifs coralliens qu’elles peuvent entrainer une forte mortalité des coraux (blanchissement). « En Polynésie, l’épisode de blanchissement a bien eu lieu cette année, mais les récifs n’ont pas été soumis trop longtemps à la hausse de température, contrairement à la Barrière de corail australienne. Globalement le phénomène El Niño 2015 a été relativement marginal en Polynésie, les impacts sont surtout centrés sur les latitudes nord de la Polynésie, aux Marquises » explique Serge Planes, directeur de recherche CNRS au CRIOBE  et directeur scientifique de l’expédition.

Sensibiliser les populations

A terme, les recherches devraient permettre de renforcer les modèles d’évolution de ces écosystèmes essentiels à la vie des populations côtières. Un aspect humain important, car au fil de l’expédition Tara Pacific, marins et scientifiques profitent des escales pour sensibiliser le plus grand nombre aux enjeux écologiques mais aussi recueillir les expériences locales et donner de la voix aux populations qui peuplent les petites îles du Pacifique.

Visites gratuites du bateau, animations, exposition à Papeete

Lors de sa première escale à Papeete, le public et les écoles pourront visiter Tara entre 4 et le 6 octobre (Place Vaiete). L’équipage vous donne rendez-vous à l’Espace Tara, où se tiendra l’exposition «Tara Pacific, la biodiversité des récifs coralliens face au changement climatique » (du 2 au 9 octobre - entrée libre).

Une conférence intitulée « L’expédition Tara Pacific » aura lieu le 5 octobre de 17h30 à 18h30 à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Papeete. Avec la participation de Serge Planes (CNRS - CRIOBE) et Denis Allemand (Centre Scientifique de Monaco).


2-8 Septembre 2016
Ile de Pâques
Contact | Emilie Boissin

Nous venons de terminer le travail sur la 4ieme ile de cette traversée du Pacifique, l’ile de Pâques. La nouvelle équipe a fait face à des conditions bien différentes de celles du Panama et de la Colombie, avec une eau à 20°C qui rend la fin de l’heure de prélèvement sous l’eau bien moins agréable ! Les douches ne se prennent plus sur le pont non plus mais bien au chaud dans le bateau, on est bien en hiver pas de doute ! La houle était bien présente et a rendu les prélèvements assez ‘sportifs’ mais tous les objectifs scientifiques ont pu être remplis. Les autorités locales étaient présentent pour peser et compter tous les morceaux de coraux prélevés. TARA est déjà en route pour la prochaine ile, l’atoll corallien le plus au sud, Ducie island qui fait partie des iles Pitcairns.

Points forts :

  • Rencontrer les Moaïs, les grandes statues de pierre sur l’ile
  • Le bleu indescriptible de l’eau autour de l’ile de Pâques
  • Réussir à récolter malgré la houle qui nous bouscule !!


2-10 Août 2016
Malpelo, Colombie
Contact | Emilie Boissin

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Malpelo-655x270.jpg

La troisième ile de TARA Pacific (Malpelo, Colombie) a été visitée du 1 au 8 aout. Toute l’équipe était aux aguets pour trouver et marquer les requins baleines, malheureusement ils ne se sont jamais montrés. L’équipe corail (Laetitia Hédouin, Emilie Boissin et Luis Chasqui) a réalisé 21 transects à 3 profondeurs (6m, 12m, 20m) afin d’étudier les maladies des coraux de l’ile. Des prélèvements ont également été réalisés sur 35 colonies réparties sur les 2 sites d’étude afin d’étudier leur microbiome et le comparer au reste des iles échantillonnées pendant TARA PACIFIC.

Points forts :

  • Utiliser le seul point d’acces à la terre: une echelle suspendue au dessus de l’eau !
  • Etre entourés par de nombreux requins (marteau, soyeux, Galapagos, pointe noire)
  • Quand l’alarme au mouillage se déclenche pendant son quart (et qu’on risque d’entrer en collision avec l’ile!)


18 Août 2016
Les récifs coralliens & Profession: grand reporter
Interview | FranceInter

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/08/France-Inter_Interview_v2-655x270.png


26 Juillet 2016
Retour sur les premiers échantillonnages TARA Pacific au Panama!
Contact | Emilie Boissin

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Panama_Diapo6V2-655x270.jpg

Les 2 premières iles de TARA Pacific ont été visitées au Panama entre le 16 et le 26 juillet. Comme prévu, les coraux et les poissons cibles ont été prélevés dans 3 sites d’échantillonnages dans l’archipel de Las Perlas (Golfe de Panama) et 3 sites d’échantillonnages autour de l’ile Coiba (Golfe de Chiriqui). Un total de 10 plongées ont été effectuées pour échantillonner 145 colonies de corail (1015 échantillons) et récolter 42 poissons (210 échantillons). Les 9 scientifiques embarqués ont pu tester les protocoles pensés depuis plusieurs mois maintenant. Parmi eux, Serge Planes, Guillaume Iwankow et Emilie Boissin ont pu faire parti de cette aventure scientifique et humaine hors du commun. La prochaine étape démarre bientôt avec une première escale à l’ile de Pâques.

Points forts :

  • faire nos premiers quarts de nuit
  • Pecher des poissons pour manger de succulents sashimis
  • Admirer le spectacle d’une baleine et de son baleineau sautant et frappant la surface de l’eau avec leurs nageoires
  • Pas de crocodiles, heureusement


2 Août 2016
Premiers prélèvements de corail au Panama
Source | Tara Expeditions Foundation


7 Juillet 2016
Panama: le début de l'expédition
Contact | Emilie Boissin

C’est au milieu du mois de Juillet que l’expédition TARA-PACIFIC va débuter sa récolte des coraux du Pacifique, avec un premier arrêt au Panama. Serge Planes, Guillaume Ivankow , et Emilie Boissin, ainsi que 5 autres scientifiques, vont échantillonner les 3 espèces de coraux près de l’ile Saboga dans l’archipel de Las Perlas et près de l’ile de Coiba dans le Golfe de Chiriqui. Ce premier point d’échantillonnage, tout à l’est du Pacifique, va permettre de tester grandeur nature tous les protocoles, à la fois sous-marins et de travail sur le pont, mis en place depuis maintenant 9 mois.


28 Mai 2016
Le Départ: Lorient, France
Contact | Emilie Boissin

Le 28 Mai, TARA a quitté son port d’attache à Lorient pour commencer sa grande aventure qui va l’emmener dans le Pacifique pour les 2 prochaines années. Une belle journée était organisée par l’équipe de TARA pour célébrer le départ de la goélette scientifique, avec au programme des conférences scientifiques, une conférence de presse, des danses traditionnelles et des ateliers de tatouages polynésiens. Après la cérémonie de départ qui s’est conclue par un haka Marquisien vers 18h30, l’équipage a rejoint le bateau et a quitté Lorient. Plusieurs bateaux accompagnateurs ont suivi TARA jusqu’à l’ile de Groix, où la goélette a reçu la bénédiction par le père Marcel avant de prendre le large. Serge Planes, Emilie Boissin, Nathalie Tolou et Guillaume Iwankow, 4 des scientifiques qui monteront prochainement à bord, ont pu participer à l’évènement.


Mai 2016
Tara PACIFIC: Une expédition au cœur du corail
UPVD Recherche | Hors-série de l'Université de Perpignan #7 - Mai 2016

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/05/UPVD_Tara-655x270.jpg

_______________________________________________________


19 Mai 2016
Rencontre avec Serge Planes
Source | Tara Expeditions

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Depart_Tara_28Mai2016_Large-655x270.jpg

De Perpignan à l’île de Moorea en Polynésie française, Serge Planes directeur scientifique de la prochaine expédition Tara Pacific revient sur son parcours et raconte en quoi consiste le rôle d’un directeur scientifique d’une expédition Tara.

Comment devient-on directeur scientifique d’une telle expédition?
L’aventure Tara a commencé par une rencontre avec Romain Troublé, directeur général de la Fondation Tara Expéditions, en janvier 2014. Françoise Gaill, qui était à l’époque directrice de l’Institut Ecologie et Environnement du CNRS, m’avait aussi déjà beaucoup parlé des travaux menés lors de Tara Oceans. Elle avait une très bonne connaissance de l’expédition et trouvait pertinent de mener une nouvelle étude sur le corail avec Tara… Pour Etienne Bourgois, président de la Fondation et Romain Troublé, directeur général, mobiliser Tara sur une grande expédition consacrée aux récifs coralliens était une évidence. L’équipe de Tara Oceans avait d’ailleurs déjà commencé à documenter les récifs entre 2009 et 2013.

Aviez-vous envisagé de mener un jour ce genre de mission ?
Depuis ma thèse, je travaille sur les récifs coralliens, pas forcément sur le corail lui-même, mais sur des questions assez générales autour de leur conservation … Lorsque je suis entré au CNRS, j’ai œuvré pour mettre en avant l’intérêt des écosystèmes coralliens comme un modèle d’étude, et surtout comme un écosystème très fragile. Il y a des priorités de conservation à mettre en place. Après c’est un cheminement… J’étais intéressé pour prendre la direction d’une équipe et constituer une unité de recherche. J’ai ensuite travaillé pour avoir un laboratoire d’excellence sur les récifs, le Labex Corail… Tout ceci a donné une certaine légitimité à la recherche française sur les récifs coralliens et une certaine lisibilité de ma contribution.

Pouvez-vous décrire vos objectifs lors de cette expédition ?
L’objectif général de cette expédition qui va durer deux ans, c’est d’essayer de voir le long de transects Est-Ouest et Sud-Nord, comment se répartit la biodiversité de la microfaune des récifs, c’est-à-dire l’ensemble des tout petits animaux (inférieurs à 0,2 mm) qui co-habitent autour du corail et dans le corail. Cette cartographie nous permettra de comprendre l’implication fonctionnelle de cette microfaune dans la capacité de résistance du corail face aux changements de son environnement dûs au climat ou à l’activité humaine (acidification, pollution, …).

Lire la suite @ Tara Expeditions

_______________________________________________________


10 Mai 2016
Une expédition scientifique sans précédent
Serge Planes (CRIOBE), explique les deux ans de travail effectué | Polynésie Premiere

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Serge_Video_Mai-2016Tara-655x270.jpg

_______________________________________________________


14 Avril 2016
Annonce de l’Expédition
Tara PACIFIC

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Announce-of-Tara-655x270.jpg

Mercredi dernier s’est tenue la conférence de presse annonçant officiellement le lancement de la nouvelle expédition Tara, TARA PACIFIC. Etaient réunis Stéphanie Thiebault (directrice de l’INEE, CNRS), Thierry Coulhon (président de PSL), Etienne Bourgois et Romain Troublé (président et secrétaire général de la Fondation TARA Expéditions), Denis Allemand (directeur du Centre Scientifique de Monaco, co-directeur scientifique de l’expédition) et Serge Planes (directeur du CRIOBE, directeur scientifique de l’expédition)

Cette nouvelle expédition de la goélette TARA va permettre d’explorer les récifs coralliens à travers le Pacifique pendant 2 années afin de mieux appréhender la biodiversité de l’holobionte corail (le corail et son microbiome: les zooxanthelles, les bactéries, les virus, les champignons etc) et ses capacités d’adaptation aux changements globaux. Directeur de cette expédition, Serge Planes a choisi de s’intéresser au gradient de biodiversité des récifs coralliens de l’Indo-Pacifique pour cette nouvelle expédition TARA. En effet, le nombre d’espèces augmente lorsqu’on va de l’est à l’ouest du Pacifique et cette mission va permettre de regarder l’évolution de l’holobionte corallien le long de ce transect. 3 espèces de coraux ont été sélectionnées, 2 coraux scléractiniaires (Porites lobata et Pocillopora meandrina) et 1 corail de feu (Millepora platyphylla). En parallèle, un poisson va également être récolté, le chirurgien bagnard (Acanthurus triostegus), et de la même manière la composition de son microbiome va être déterminée (microbiome de la peau et microbiome du tube digestif). Lors de la première année, entre le Panama et le Japon, en passant par l’ile de Pâques, la Polynésie Française ou encore Wallis et Futuna, une vingtaine d’iles vont être visitées (Carte: Tara Pacific). 10 individus de chaque espèce vont être échantillonnés sur 3 sites par iles, et des échantillons de l’eau environnante seront également prélevés. Au total sur les 2 années, c’est plus de 30 000 échantillons qui seront récoltés. Ces échantillons seront ensuite analysés par diverses approches (métabarcoding, métatranscriptomique, métagénomique, métabolomique) et des biomarqueurs de stress seront également recherchés. Un échantillonnage de cet ampleur et la multitude d’approches utilisées pour les analyses vont permettra d’obtenir une vision globale sans précédent du fonctionnement des récifs coralliens et de leur potentiel d’adaptation face aux changements globaux.

Après près de 2 années de discussions scientifiques et de mise au point des différents protocoles avec tous les collaborateurs (Partenaires: Tara Pacific), tout le matériel scientifique est en train d’être mis en place à bord de la goélette pour un départ le 28 Mai de Lorient et enfin voir le travail de terrain démarrer.

_______________________________________________________


14 Avril 2016 | Communiqué de presse
La biodiversité des récifs coralliens face au changement climatique
Tara PACIFIC

http://www.criobe.pf/wp-content/uploads/2016/04/Annoncement-de-Lexpedition_taraPacific-655x270.jpg

La goélette scientifique Tara quittera son port d’attache de Lorient le 28 mai 2016 pour une nouvelle expédition en Asie-Pacifique. Elle sillonnera l’océan Pacifique sur près de 100 000 km pendant plus de deux ans avec, à son bord, une équipe scientifique interdisciplinaire, co-coordonnée par le CNRS et le Centre Scientifique de Monaco (CSM). Leur objectif est d’ausculter de manière inédite la biodiversité des récifs coralliens et leur évolution face au changement climatique et aux pressions anthropiques. Cette aventure est soutenue par le CNRS, PSL, le CEA, le CSM et de nombreux autres partenaires privés et publics.

Alors que les récifs coralliens couvrent seulement moins de 0,2% de la superficie des océans, ils réunissent près de 30% de la biodiversité marine connue. Leur santé est donc cruciale pour la diversité des espèces qu’ils abritent mais aussi pour l'humanité. Etudier cet écosystème fragile et menacé devient une priorité alors qu’une grande partie des récifs tend à disparaître ces dernières années.

D’Est en Ouest et du Sud au Nord, Tara parcourra l’océan Pacifique pour découvrir la diversité cachée des récifs coralliens et mieux appréhender leurs capacités d’adaptation aux changements climatiques. Du canal de Panama à l’archipel du Japon (2016-2017), puis de la Nouvelle Zélande jusqu’en Chine (2017-2018), la goélette croisera pas moins de 11 fuseaux horaires à travers l’océan le plus vaste de la planète, joignant notamment les terres insulaires et les récifs les plus isolés de la planète.

Une approche inédite de la biodiversité des récifs
Le caractère unique de cette expédition consiste tout d’abord en son approche « transversale » d’une zone géographique très étendue, en l’occurrence le Pacifique, où se concentre plus de 40 % des récifs coralliens de la planète. Une telle approche n’avait encore jamais été réalisée jusqu’à présent à cette échelle.

Selon Serge Planes, directeur CRIOBE, chercheur CNRS et directeur scientifique de l’expédition, « Tara Pacific tentera de dévoiler la biodiversité cachée d’un récif, à la fois génomique, génétique, virale ou bactérienne, pour la comparer à celle de la masse d’eau qui l’entoure. Le but est de se faire une idée réelle de la diversité globale d’une colonie corallienne. »

Elle permettra également d’apporter de nouvelles connaissances sur le rôle encore inconnu joué par les paramètres biologiques, chimiques ou physiques dans la vie des colonies coralliennes et la capacité de ces dernières à s’adapter aux changements.

L’expédition Tara Pacific traversera un très large gradient de biodiversité qui atteindra son maximum au « Triangle de corail » en Asie du Sud-Est. Au cours de l’expédition, trente archipels seront étudiés de façon identique pour appréhender les variations de la biodiversité à travers trois espèces récifales : deux coraux et un corail de feu. Par une approche comparative et interdisciplinaire, les scientifiques tenteront de remonter dans le passé récent des colonies coralliennes, d’observer l’évolution contemporaine des récifs et d’en envisager le futur, notamment à travers des modélisations.

Outre l’état de santé du récif et sa biodiversité à différents niveaux, l’équipe scientifique s’intéressera aux capacités de résistance, d’adaptation et de résilience de ces écosystèmes. Un dernier axe d’étude portera sur les éventuelles applications de la biologie corallienne pour la recherche médicale.

Sensibiliser et partager les enjeux environnementaux
« Si la communauté scientifique a besoin de ces nouvelles données, les acteurs locaux et internationaux aussi. Tara contribuera à mieux comprendre les enjeux qui touchent ces berceaux de biodiversité que sont les récifs et qui importent tant pour l’avenir des populations notamment dans les petites iles » indique Etienne Bourgois, Président de la Fondation Tara Expéditions.

La Fondation Tara Expéditions profitera de cette expédition pour interpeler les acteurs politiques et le monde économique, sensibiliser la société aux enjeux écologiques les plus urgents ainsi qu’aux problématiques rencontrées par les populations qui dépendent de la bonne santé de l’océan. De nombreuses escales dans le Pacifique et en Asie permettront de partager avec le plus grand nombre, petits et grands, ces enjeux environnementaux.

Etapes majeures : Panama, Malpelo (Colombie), Ile de Pâques, Papeete (Polynésie Française), Iles Cook, Samoa, Wallis et Futuna, Iles Marshall, Micronésie, Mariannes, Japon, Taïwan, Fidji, Nouvelle Zélande, Nouvelle Calédonie, Papouasie Nouvelle Guinée, Philippines, Chine, Hong Kong, Corée du Sud, …
Partenaires majeurs de l’expédition :
- agnès b., Fondation Prince Albert II de Monaco, Serge Ferrari, Fondation Véolia, BillerudKorsnäs, Lorient Agglomération, Région Bretagne
- CNRS, Paris Sciences et Lettres, Centre Scientifique de Monaco (CSM), CEA, EMBL, Fonds Français pour l’Environnement, Unesco-Commission Océanographique intergouvernementale.